Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Angélique Kidjo : Hommage à la reine de la salsa Celia Cruz.

Après avoir exploré les routes de la diaspora africaine, via le Brésil, Cuba et les Etats-Unis, après s’être réapproprié l’héritage africain exploité avec talent par les Talking Heads dans l’album Remain In Light, Angélique Kidjo s’est arrêtée sur une icône de la musique des Amériques, Celia Cruz.

Née en 1925 à la Havane, Celia Cruz, femme noire, avait quitté Cuba en 1959 avec son premier groupe, La Sonora Matancera, à la chute du dictateur Fulgencio Batista, chassé du pouvoir par Fidel Castro en 1959. Anticastriste notoire, elle avait rejoint l’Orchestre de Tito Puente en 1966, construisant au sein du label Fania l’histoire de cette « sauce » américaine où des immigrés hispanophones empruntent aux arcanes du jazz afro-américain et inversement.

«J’ai demandé à David d’aller fouiller dans les années 1950, quand Celia était profondément attaché à la culture noire. Je voulais montrer la constance de Celia Cruz à travers différentes époques de sa

vie, de La Havane à New York», explique Angélique. Enregistré entre New York et Paris, l’album a été mixé par l’ingénieur du son Russel Elevado (D’Angelo, Keziah Jones…).

La sortie de l’album se fera le 19 Avril 2019 chez Universal Music France. Angélique Kidjo sera en concert au Bataclan le 14 Mai 2019.

artsixmic.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *