Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Toofan s’associe à Louane pour chanter l’immigration.

Enfin de retour dans les bacs avec un nouvel opus éclectique, le célèbre duo togolais Toofan invite Louane sur « La vie là-bas », une piste enivrante et rythmée !
Depuis 2005, le duo Toofan composé des acolytes Masta Just et Barabas ne cesse de nous faire danser sur des mélodies solaires teintées majoritairement de sonorités d’une afro-pop imparable. Tout droit venu du Togo, le duo a la carrière déjà bien reluisante peut se targuer d’être l’un des groupe les plus influents d’Afrique. Et afin de favoriser le développement de leur carrière à l’international, les garçons ont signé l’an passé un contrat avec la major Universal Music Africa et Capitol Music France.

À l’origine de plusieurs concepts de danse tels que le ‘cool-catché’ ou le ‘teré’ popularisés à travers le monde, Toofan dispose également d’une discographie déjà bien fournie en hits et en hymnes composés pour la Coupe d’Afrique des nations de football. Après avoir débuté l’année 2018 sous les meilleurs auspices avec la parution des nouveaux singles « Money » et « Affairage », Toofan lève enfin le voile sur son tout nouvel opus baptisé Conquistadors.
Un texte poignant
Intégralement produit par Masta Just, ce disque ambitieux paru dans les bacs le 31 août renferme pas moins de 14 compositions originales mêlant brillamment des sonorités de tous les horizons. Confirmant sa volonté de conquérir le public international, le duo chante évidemment dans la langue de Shakespeare, mais également en français et en mina, le dialecte togolais qui lui permet de rendre hommage à ses racines. Aussi, Toofan s’est entouré d’invités prestigieux à l’instar de Lartiste, du rappeur Wale et de Louane, cette dernière posant sa voix sur « La vie là-bas », l’une des pistes les plus émouvantes du projet.

Paradoxalement à une mélodie dansante doublée d’une production résolument moderne et léchée, le tandem signe un texte émouvant, abordant la douloureuse question de l’immigration. Forcément sensibles à ce sujet, les garçons et Louane unissent leurs voix pour rendre hommage à ceux qui quittent leur pays natal au péril de leur vie dans l’espoir de vivre une vie meilleure : « Combien vivent ce rêve ou bien pour d’autres ce cauchemar ? / Les intellos te quittent / Ils partent en équipe / Les occidents les attirent / On a des entrées clandestines / Braver les interdits / Les barbelés / Défier la mer / A-t-on besoin de prendre le risque ? / Ou plutôt rester voir pleurer nos mères ? ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *