Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Koppo: la guerre aux « gros mots ».

Le dernier single de l’artiste « Gromologie » rencontre un franc succès auprès des mélomanes.
Cela fait… 13 ans, qu’il n’a pas émis la moindre mélodie. Quand on pensait à Koppo, il y avait ce titre qui revenait à l’esprit : « Si tu vois ma go ». Désormais, lorsqu’on entend Koppo c’est l’un de ses refrains qui est chanté. Un refrain, dont la forte empreinte de bonne humeur, vous incite à danser : « C’est la redynamina… ! La redysamina… ! La redynamisation des mbindis mots de base ». Ce morceau choisi, extrait du dernier single, « Gromologie » de l’artiste a tout d’une bande sonore en or. Depuis sa sortie il y a deux mois, ce titre qui tourne en boucle dans les radios et discothèques, annonce la sortie d’un deuxième album de 12 titres, qui comme le dit l’artiste : « est fait avec du cœur ».
Le succès de « Gromologie » s’explique. Son clip de 3 min 52 secondes qui vous plonge au cœur de l’identité urbaine camerounaise. Alors que des artistes locaux optent pour la copie de rythmes américains et nigérians, Koppo penche pour une valorisation des rythmes du terroir. Les arrangements sont un subtil mélange de modernité et d’Assiko dont le résultat offre une rythmique cadencée signée Blick Bassy et les frères Dipita. « Gromologie », c’est l’expression d’une allergie qui a surpris l’artiste urbain. Comme il le confie : « Dans les débats télévisés du week-end, lorsqu’on parle d’avenir du pays, les téléspectateurs se trouvent abusés par la grandiloquence, l’utilisation de phrases complexes de certains experts. Pourtant, l’on peut parler simplement. L’opinion n’a pas besoin d’être épatée, mais de comprendre certaines choses. »
Le single ne fait pas que fustiger, il s’érige en force de proposition à la Francophonie. Quand on sait que parmi tant d’autres, une expression camerounaise comme « cadeauter » se trouve dans le dictionnaire, Patrice Minko’o Minko’o (à l’état civil) suggère de nouveaux mots : « Mapanique, Mbeulmatique, Maboyalique, Kongossaïque, Mougoulitique… » Le Petit Robert, ce n’est peut-être pas pour tout de suite. En attendant, Koppo demande humblement à ses fans de faire preuve de patience : « Je leur promets de ne plus disparaître durant 13 ans ». De plus, il les invite à être positifs, à aimer le Cameroun et leur prochain. Par ailleurs, il leur souhaite trois choses : « La joie, l’amour et la paix ». Message d’un Koppo refait qui plus que jamais, fait de l’effet.
cameroon-tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *