Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Première édition du festival Ongola Ewondo, c’est parti !

Les activités liées à cet événement ont commencé le 19 avril dernier par un atelier de renforcement des capacités des chefs traditionnels du Mfoundi.

En guise de lancement des activités du festival culturel des traditions et coutumes des peuples béti, l’Association des amis de la ville de Yaoundé a organisé un atelier de renforcement des capacités des chefs traditionnels du département du Mfoundi.

C’était au Cercle municipal, le 19 avril dernier, sous la présidence du secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale, Pierre Essomba. L’atelier de deux jours avait pour thème : « La gouvernance locale, la préservation et la valorisation du patrimoine culturel ».

Cette thématique centrale a été déclinée en plusieurs sous thèmes. «Nous avons commencé par le renforcement des capacités des chefs traditionnels parce qu’ils sont les dépositaires du pouvoir ancestral. Il était de bon ton avant d’ouvrir cet évènement hautement culturel, de les outiller sur leur rôle. Il était aussi question de les recycler dans le sens de la collaboration avec l’administration, ce qui n’a pas été fait depuis plusieurs siècles. Nous leur avons rappelé qu’ils sont les ambassadeurs du festival “L’Ongola ewondo” », a expliqué le président de l’Association des amis de Yaoundé, Alain Zanga.

Le rôle de l’autorité traditionnelle dans la lutte contre la corruption a suscité beaucoup de débats. « La Conac considère l’autorité traditionnelle comme un pilier d’intégrité. Dans le processus de construction d’un Cameroun intègre, on considère que pour que l’édifice tienne, il faudrait qu’il repose sur des piliers d’intégrité.

Nous sommes convaincus que si l’on puise dans le substrat culturel des peuples africains, il n’est pas évident que l’on retrouve des pratiques de corruption », a souligné Benjamin Fouda Effa, journaliste cadre à la Conac. Les chefs traditionnels, principales cibles de cette formation, ont accueilli favorablement l’initiative. «

Les chefs n’ont pas une formation suffisante qui leur permet, une fois installés, d’exécuter leurs fonctions convenablement. Il est donc normal que nous puissions bénéficier de l’expertise de ceux qui maîtrisent les textes liés au fonctionnement des chefferies traditionnelles », a reconnu le président de l’association des chefs traditionnels du Mfoundi, sa majesté Abanda Pie. Le festival « L’ongola Ewondo », placé sous le très haut patronage du Chef de l’Etat, va s’étendre du 21 au 28 avril 2018, avec diverses articulations à vivre sur plusieurs sites de la capitale.

Cameroon-Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *